Le projet

pour une ville en commun

Chambé Citoyenne
pour une ville écologique et solidaire

CE PROGRAMME EST ARTICULÉ AUTOUR DE 3 AXES : DÉMOCRATIE, TRANSITION ÉCOLOGIQUE et SOLIDARITÉ

Il est l’aboutissement de 2 ans de travail participatif. Les 77 propositions retenues lors de l’assemblée du 9 janvier 2020 concernent Chambéry et l’agglomération Grand Chambéry.

Alors que la crise climatique commence à nous toucher directement, que notre modèle social plie sous les coups et que les citoyen·nes crient le besoin de démocratie, les politiciens professionnels qui nous gouvernent, en France et à Chambéry, ne prennent pas la mesure de l’urgence. Ils auraient pourtant largement eu le temps d’agir !

1. Chambéry par et pour les citoyen-nes

Nous voulons relever le défi de la participation citoyenne : reliés, pas isolés. Les habitantes et les habitants peuvent faire davantage que réclamer, subir ou être spectateurs ; les élu-es ne sont pas obligés de décider seuls. Nous sommes convaincu-es que la démocratie en 2020 se vit en actes : nous mettrons en œuvre les structures, les méthodes pour redonner à toutes et à tous le pouvoir d’agir, comme nous avons commencé à le faire depuis deux ans. Les élu-es arbitrent, assument les décisions, et animent. Les citoyen-nes participent à la préparation de la décision, et s’impliquent dans les réalisations.
Les propositions suivantes seront mises en œuvre dans le cadre d’Etats Généraux de la démocratie locale, dans les premiers temps du mandat.



1.1. Partager le pouvoir : redéfinir le rôle des élu·es pour organiser une démocratie collégiale


1. Adopter un fonctionnement collégial du Conseil Municipal, avec un rôle pour chaque élu·e. Celui du Maire est d’animer, coordonner, arbitrer si nécessaire ; cette fonction ne sera pas cumulée avec la Présidence de Grand Chambéry.

Proposition détaillée

La personne qui est Maire est-elle chef d’une troupe d’élu·es, ou capitaine d’une équipe ?
> Au sein d’un Conseil Municipal, la décision est bien souvent en pratique celle de quelques élu-es influents. Nous voulons au contraire expliciter des rôles pour chaque élu.e dans un fonctionnement collégial, régulièrement réajusté. Le ou la Maire fait partie de l’équipe municipale, anime, coordonne, arbitre si nécessaire. A Chambéry ce poste ne sera pas cumulé avec celui de Président·e de Grand Chambéry

2. Elaborer les projets municipaux au sein de Commissions, dans lesquelles les habitant·es seront majoritaires, et qui les soumettront à la délibération du Conseil Municipal.

Proposition détaillée

Les élu·es doivent assumer des décisions, mais sont auparavant les animateurs de la réflexion.
> Pour chaque décision d’importance à prendre, les élu·es mettront en œuvre la méthode la plus ouverte possible. Les Commissions Municipales seront participatives, et constitueront les lieux de préparation des délibérations. Elles comprendront une majorité d’habitant·es, avec une charte qui définira un cadre pour l'engagement, des moyens de formation associés, des garanties matérielles pour rendre possible la participation.

3. Créer un observatoire de la démocratie garant du respect des processus démocratiques.

Proposition détaillée

La pratique démocratique des élu·es doit être contrôlée pour maintenir la confiance.
> Un observatoire permanent de la démocratie constitué de citoyen·nes veillera au respect de l'ensemble des processus démocratiques et en dressera un bilan annuel public. Il aura un devoir d'alerte permanent.

4. Guider l’action municipale par une boussole citoyenne: égalité femmes-hommes, développement du pouvoir d’agir des habitant·es, justice sociale, transition écologique.

Les nécessités du quotidien, la volonté d’aller vite, peuvent faire perdre de vue la cohérence du projet.
> L’action municipale est guidée par une « boussole citoyenne » : les décisions, les projets sont évalués selon leur contribution :
• A l’égalité femmes hommes
• Au développement du pouvoir d’agir des habitant·es.
• A la justice sociale.
• A la transition écologique.




1.2. Réfléchir et décider : des élu·es et des habitant·es qui collaborent


5. Doter les Conseils de Quartiers d’un pouvoir local dans la mise en œuvre des délibérations, avec un budget dédié.

Les Conseils de Quartiers souffrent aujourd’hui de n’être pas écoutés. Ils sont dans notre projet à la base de l’animation de la démocratie locale !
> Nous voulons que les Conseils de Quartiers soient non seulement des lieux d’écoute, de dialogue, mais aussi qu’ils exercent des compétences. Ils seront dotés de budgets dédiés, avec un pouvoir local dans la mise en œuvre des réalisations délibérées.


6. Diffuser et rendre accessibles les délibérations et les documents préparatoires des Conseils Municipaux, Commissions et Conseils de Quartiers.

Proposition détaillée

Comment participer à la vie locale sans être pleinement informé ? Publier des informations est parfois vécu comme un risque par une Municipalité. Mais partager le pouvoir, c’est avant tout partager le même niveau d’information.
> Le public sera informé suffisamment à l'avance pour comprendre les points à l’ordre du jour des Conseils et des Commissions. Des résumés non techniques seront mis à disposition, ainsi que les rapports de présentation complets. Les comptes rendus des Conseils Municipaux, des Commissions et des Conseils de Quartiers seront publiés intégralement.

7. Répondre aux interpellations formulées par les Conseils de quartiers, les instances collectives et les pétitions des habitant·es.

Proposition détaillée

Être à l’écoute ne suffit pas, encore faut-il apporter des réponses.
> Nous instaurerons un droit d'interpellation et un devoir de réponse du Conseil Municipal, qui s’appliquera aux Conseils de Quartiers, aux instances collectives et associatives, et aux habitant·es sous forme pétitionnaire. Des interpellations individuelles seront possibles ; les interpellations reçues et les réponses apportées seront publiées, sous réserve de l'accord de la personne à l'origine de l'interpellation.

8. Installer un Conseil Municipal des Jeunes.

Proposition détaillée

Les plus jeunes aspirent à davantage de démocratie ! Porteurs d’idées nouvelles et d’énergie, ils/ elles ont besoin de se faire entendre, et nous en avons besoin.
> Comme 2000 autres communes en France, nous mettrons en place un Conseil Municipal des Jeunes, dont les propositions seront soumises au Conseil Municipal, et qui disposera d’un budget dédié sur la politique enfance-jeunesse.

9. Permettre l’organisation de référendums locaux portant sur les domaines de compétence de la Ville, organisés à l’initiative de la municipalité ou d'un groupe d’habitant·es.

Proposition détaillée

Mettons en place une démocratie directe, garante du lien entre les élu·es et l’ensemble de la population !
> Des référendums locaux portant sur les domaines de compétence de la Ville pourront être organisés à l’initiative de la Municipalité ou d'un groupe d’habitant·es. Leur organisation, dont les modalités restent à construire, comprendra un temps suffisant de débat. Le périmètre des votants intégrera les citoyen·nes, les habitant·es et les usagers de la commune. Nos élu·es s’engagent à tenir compte des résultats du référendum. Cette disposition pourra être déclinée à l’échelle de l’agglomération.

10. Soutenir les associations avec des conventions sur plusieurs années.

La vie associative, creuset de la participation citoyenne.
> Le tissu associatif de Chambéry est particulièrement dense et vivant, mais il a été malmené au cours du mandat 2014-2020 : soutien direct amputé de 500.000 €/an, et 2M€/an en moins de mise à disposition de moyens. Les associations (culture, solidarité, sports, logement, consommation, transports, loisirs, éducation…) sont pourtant le premier lieu d’action collective ; elles réalisent, soutiennent, imaginent, créent du lien. Nous souhaitons redéfinir l’enveloppe financière globale de soutien aux associations, en réexaminant leur répartition, et en leur donnant de la visibilité avec des partenariats sur plusieurs années et en contractualisant pour mettre en œuvre, ensemble, la transition écologique et sociale. Une Commission Vie Associative sera garante de la transparence et de la cohérence des subventions.


11. Améliorer les conditions de participation des citoyen·nes aux séances du Conseil Municipal.

Proposition détaillée

Les Conseils Municipaux sont publics, mais la présence des citoyen·nes est-elle vraiment encouragée ?
> Nous proposons d’améliorer les conditions de participation des habitant·es aux séances du Conseil Municipal :
• Tenir les Conseils Municipaux dans une salle assez grande pour accueillir toutes les personnes qui souhaitent y assister.
• Les réunir régulièrement dans les différents quartiers de Chambéry, en laissant une part importante aux interventions des habitant·es des quartiers hôtes.
• Les retransmettre en direct, y-compris les séquences d'interpellation et les interventions du public, et les archiver en accès libre.

12. Mettre en place une organisation claire, une plus grande attention au bien-être au travail des agents municipaux.

Proposition détaillée

Les services municipaux ont un rôle clef à jouer.
> Les agents municipaux ont leurs compétences, leur expertise et leur énergie à mettre au service de la population, et d’un projet municipal auquel ils seront associés. C’est un rôle central, une mission engageante, qui mérite en retour respect, considération et attention ; les élu·es en seront garants. Nous proposons de mettre en place une politique de gestion de ces personnels axée sur la valorisation des personnes, l’accompagnement, la qualité de vie au travail et les conditions de travail. Une charte de valeurs et de bien-être au travail sera construite avec les agent·es et les représentant·es du personnel.



1.3. Pouvoir d’agir : soutenir et développer les implications et les initiatives


13. Accueillir, informer, accompagner dans leurs démarches et former les habitant·es dans les Mairies de Quartiers.

Proposition détaillée

Où s’informer, où s’exprimer ? Où trouver de l’aide, des outils, de la formation pour ses projets ? Où faire ses démarches quand les services s’éloignent ?
> Nous proposons des lieux d’accueil au plus près des habitant·es, en nous appuyant sur les Mairies de Quartier. Les habitant·es pourront y être renseignés sur tous les sujets dépendant de la ville, s’y former à la mise en œuvre de projets collectifs, y être accompagné dans leurs démarches, leurs projets, et y déposer leurs interpellations. Ces Mairies de Quartiers de pleine compétence deviendront ainsi également de véritables Maisons de la Citoyenneté. Des services publics municipaux de proximité y seront réimplantés, en particulier le service éducation.

14. Ouvrir les mairies de quartier et les bâtiments sous gestion municipale qui y sont adaptés aux réunions et manifestations des personnes qui en feront la demande.

Proposition détaillée

Faire ensemble suppose de pouvoir se retrouver ! L’accès aux lieux de réunion et d’animation est souvent difficile, alors que Chambéry dispose d’un patrimoine bâti de 200 000 m² !
> Nous proposons d’ouvrir les Mairies de Quartiers et les bâtiments sous gestion municipale qui y sont adaptés aux réunions et manifestations des citoyen·nes qui en feront la demande.

15. Organiser chaque année un appel à projets participatifs.

Proposition détaillée

Beaucoup de villes ont expérimenté avec succès les budgets participatifs, qui permettent à des projets collectifs de voir le jour, pour l’intérêt général !
> Nous organiserons chaque année un appel à projets participatifs proposés et choisis par des habitant·es. Une part significative du budget d’investissement de la Ville y sera consacré.

16. Reprendre pleinement le contrôle des services publics : pilotage et renégociation des délégations de service public, choix politique de la gestion directe lorsque c’est préférable.

Proposition détaillée

Partager le pouvoir, ce n’est pas céder nos services publics à des intérêts particuliers !
> Nous reprendrons pleinement le contrôle des services publics, par un pilotage rigoureux des délégations de service public, avec une renégociation en faveur de la collectivité après un audit de chaque contrat. Nous faisons le choix politique de la gestion directe par la collectivité lorsque qu’elle est préférable. Un contrôle accru sera également porté sur Cristal Habitat (où siègent des élu·es de l’agglo) pour mieux maîtriser le logement social.

17. S’engager pour le maintien des services publics dans les quartiers.

Proposition détaillée

Des services publics de proximité, c’est vital pour les quartiers
> Certains services publics ne dépendent pas de la compétence de la Ville (CAF, CPAM, Poste...). Nous ne nous résoudrons pas à la fermeture de leurs implantations locales, en intervenant vigoureusement auprès des décideurs et en mettant en œuvre les solutions qui peuvent l’être.


2. Chambéry écologique

Il ne s’agit pas seulement de nous adapter au dérèglement climatique, et il n’est pas raisonnable de tout miser sur les progrès technologiques. Réduire l’impact humain sur l’environnement, c'est d'abord respecter le vivant. Nous avons le devoir et la nécessité d’agir tout de suite et dans tous les domaines pour faire évoluer nos habitudes et sauvegarder nos ressources.
Les propositions qui suivent sont complétées par celles qui concernent les compétences communautaires exercées par Grand Chambéry : cf. chapitre « notre projet pour l’agglomération »


2.1. Réduire notre empreinte écologique 


18. Rénover le patrimoine bâti de la Ville pour réduire notre facture énergétique, approvisionner les équipements et bâtiments publics et privés avec des énergies renouvelables.

Proposition détaillée

La collectivité doit être exemplaire : prenons soin du patrimoine bâti de la ville, notre bien commun et accompagnons les propriétaires privés !
> Nous rénoverons le patrimoine bâti de la Ville pour réduire notre facture énergétique : 30 M€ de travaux à financer sur 10 ans, avec un retour sur investissement à terme, auxquels s’ajoute le même montant pour la remise à niveau du patrimoine bâti (dont les écoles). Nous développerons le réseau de chaleur sur la ville et les communes limitrophes en visant un réseau 100 % énergie locale et renouvelable (65 % actuellement) dans le cadre de la nouvelle délégation qui sera à renouveler en 2023. Nous développerons un plan ambitieux de toitures solaires en créant une structure publique qui portera les investissements et leurs réalisations et en encourageant les centrales solaires citoyennes. Nous développerons une filière de production et de valorisation du biogaz. Nous renforcerons les obligations des bailleurs sociaux.

19. Une restauration collective 100% bio et local, avec une alternative végétale généralisée.

Proposition détaillée

Avec près de 500 000 repas annuels à Chambéry, la restauration collective est un levier majeur pour une alimentation de qualité !
> Les engagements actuels sont limités à un approvisionnement à 50% bio et à 60% local. Nous visons un approvisionnement 100% bio et local dans les restaurations collectives gérées par la Ville. Nous généraliserons également une alternative végétale, pour garantir des repas équilibrés aux personnes de toute conviction et confession, tout en réduisant les pollutions et le gaspillage de ressource liés à une alimentation trop carnée.

20. Dimensionner l’offre de stationnement en tenant compte du développement des alternatives à la voiture, stopper la construction du parking Ravet si c’est encore possible.

Trop de stationnement ? Pas assez ? Mal réparti, surtout ! Les parkings en ouvrage sont insuffisamment utilisés, alors que les rues peinent à contenir les voitures en stationnement.
> La gestion du stationnement est aujourd’hui déléguée, avec un très faible niveau de contrôle et de suivi des contrats. Nous reprendrons en main l’offre de stationnement avec une gestion rigoureuse, nous la dimensionnerons de façon rationnelle à mesure que les alternatives à la voiture se développent. Nous mettrons, s’il en est encore temps au printemps 2020, un point d’arrêt à la construction du parking Ravet pour le réorienter sur un projet respectueux des riverains et d’une mobilité durable.


21. Développer les programmes de sensibilisation et de conseil pour changer les habitudes.

Proposition détaillée

Nous avons besoin d’être accompagné·es, conseillé·es, informé·es pour changer nos habitudes.
> Nous développerons des programmes de sensibilisation et de conseil en direction des ménages, des établissements scolaires, des entreprises dans tous les domaines : alimentation, santé, déchets, déplacements, logement, consommation responsable, éducation à l’environnement.



2.2. Pour une ville qui respire mieux et respecte le vivant


22. Préserver les arbres en ville et prévoir leur renouvellement.

Partout où les arbres sont menacés en ville, les habitant·es se mobilisent !
> Les arbres protègent, rafraîchissent, abritent, nous font rêver et nous relient à la nature, mais doivent pour cela être maintenus en bonne santé. Soigner et préserver les arbres en ville, prévoir leur renouvellement sera une priorité, en appliquant réellement la Charte de l’Arbre existante, y compris le barème patrimonial qui établit un coût pour toute destruction d’arbre.


23. Soigner, protéger et développer les espaces verts de proximité.

Proposition détaillée

Au sein d’une ville active et dense, nous avons besoin de respirer, de nous reposer, de nous rencontrer.
> Nous prendrons soin, protégerons, développerons les espaces verts de proximité, même les plus modestes ; espaces de respiration, de fraîcheur, de rencontre, de jeux, jardins partagés, vergers. Ils seront entretenus et créés avec les habitant·es.

24. Réintroduire de la nature en ville et revégétaliser les espaces.

Proposition détaillée

Réintroduire de la nature en ville
> La nature en ville apporte des îlots de fraîcheur, et la végétalisation permet de stocker du carbone. Nous réintroduirons de la nature en ville et restaurerons des continuités végétales avec de nouveaux parcs, prairies fleuries, jardins familiaux et partagés, vergers publics à accompagner, animer et pérenniser.

25. Limiter l’imperméabilisation des sols.

Proposition détaillée

Le sol aussi respire !
> Face aux risques d’inondation, limitons au maximum l’imperméabilisation des sols, en rendant obligatoire la reconstruction des éléments paysagers après travaux, en créant des bandes végétalisées, des pieds d'arbres fleuris, des stationnements enherbés et boisés. La qualité des sols joue aussi un rôle essentiel dans le stockage du carbone.

26. Garantir l’intégrité des espaces naturels et l’intégrité du vivant.

Proposition détaillée

Réduire l’impact humain sur l’environnement, c’est poser le respect du vivant comme préalable.
> Nous renforcerons la protection des espaces naturels sensibles, et veillerons à garantir l’intégrité et le bien-être animal à travers une commission en charge de préserver et de développer l’ensemble du vivant.



2.3. Sobriété et innovation sociale : soutenir la transition en actes


27. Soutenir et reconnaître l’action bénévole des habitant·es, collectifs et associations dans la gestion des biens communs.

Proposition détaillée

Nous sommes nombreux à nous investir bénévolement ; le bénévolat est une richesse essentielle.
> Les habitant·es s’impliquent dans des projets collectifs, dans la gestion des biens communs, dans des associations qui travaillent pour l’intérêt général (éducation, solidarité sociale intervention dans les maisons de retraite, bénévolat à la bibliothèque, solidarité internationale, covoiturage). La collectivité peut soutenir et reconnaître leur action, sans se servir du bénévolat pour se dessaisir des services au public.

28. Développer la diffusion de l’Elef, notre monnaie locale au service de la relocalisation de notre économie.

Proposition détaillée

L’Elef, notre monnaie locale.
> Nous disposons d’une des monnaies locales les plus dynamiques de France (l’Elef) ; faisons-en un outil au service de la relocalisation de l’économie en développant le paiement des services municipaux en Elef.

29. Limiter la présence de la publicité sur l’espace public.

Proposition détaillée

La publicité doit-elle envahir les espaces publics ?
> La publicité entretient un imaginaire structuré par la consommation, la compétition, et souvent le sexisme ; limitons l’agression publicitaire sur l’espace public en renforçant le règlement local de publicité. Les espaces libérés pourront contribuer à multiplier les panneaux d’expression libre, que nous souhaitons largement réimplanter.

30. Soutenir les initiatives de l’économie sociale et solidaire.

Proposition détaillée

L’innovation n’est pas uniquement technologique ! Nous avons besoin de développer de nouveaux modèles de production et d’organisation.
> Les entreprises de l’économie sociale et solidaire développent des modèles coopératifs et innovants ; soutenons-les par la promotion et par une politique immobilière adaptées. Créons un guichet unique d’ingénierie et d’appui aux porteurs de projets publics et privés, acteurs de la transition écologique et solidaire, au sein des associations, des administrations, des entreprises qui veulent s’engager aux côtés de la municipalité.

31. Mobiliser la commande publique pour valoriser l’économie locale et responsable.

Proposition détaillée

Achat responsable : pour la Mairie aussi !
> La commande publique est un outil important pour orienter l’économie locale sur des bases vertueuses ; mettons en place des techniques d’achat permettant de valoriser l’économie locale et les producteurs responsables. Retrouvons la maîtrise de nos données et de notre informatique en utilisant prioritairement des logiciels libres et des formats de données respectant les standards ouverts.

32. Mobiliser l’épargne citoyenne locale pour les investissements de la collectivité.

Proposition détaillée

Mobiliser l’épargne locale pour les projets qui dynamisent et relocalisent l’économie.
> Les Français épargnent en moyenne 14% de leurs revenus. Préférons-nous prêter à notre banquier, ou à notre cité ? Nous créerons un organisme pour collecter l’épargne citoyenne locale et pour l’affecter à des investissements locaux et collectifs, créateurs d’emplois non délocalisables.


3. Chambéry solidaire

Les propositions qui suivent sont complétées par celles qui concernent les compétences communautaires exercées par Grand Chambéry : cf. chapitre « notre projet pour l’agglomération ».


3.1. Un logement pour toutes et tous


33. Favoriser la reconversion et la division de logements pour adapter l’offre à la demande de logements de petite taille.

Proposition détaillée

Pas assez de logements ? Peut-être, mais aussi trop de logements vacants, et trop de logements mal adaptés !
>La production de logements n’est pas le seul levier pour assurer un toit à chacun et chacune ; nous lutterons en premier lieu contre la vacance des logements, et nous favoriserons la reconversion et la division de bâtiments vides existants pour répondre à la demande de logements.

34. Réduire le coût du logement et en permettre l’accès aux plus fragiles, c’est possible !

Proposition détaillée

Le coût excessif du logement est en grande partie dû à la spéculation foncière et immobilière, contre laquelle des instruments existent ; nous mettrons en œuvre une stratégie de maîtrise foncière structurée par un Organisme de Foncier Solidaire (OFS) et une Agence Immobilière Sociale. L’OFS permet d'acquérir et de gérer des terrains, bâtis ou non, en vue de réaliser des logements et des équipements collectifs, destinés à la location ou à l'accession à la propriété, à usage d'habitation principale en priorité pour les ménages modestes. En dissociant le foncier du bâti, il permet de baisser les coûts des logements et de stabiliser les prix. L’Agence Immobilière Sociale facilite la sortie des publics défavorisés de l’hébergement précaire.

35. S’engager pour les femmes et les enfants victimes de violences conjugales.

Proposition détaillée

S’engager pour les femmes et les enfants victimes de violences conjugales.
> La conscience collective au sujet des violences faites aux femmes se diffuse, à nous de la faire évoluer au niveau local, en accompagnant les femmes et les enfants victimes des violences conjugales. Cela passera par des solutions de logement, une aide financière aux associations, une réponse commune avec les services de l’Etat.

36. S’opposer aux expulsions locatives sans relogement.

Proposition détaillée

> Les expulsions locatives sans relogement représentent une violence inacceptable. Nous utiliserons le droit de réquisition des logements vacants pour fournir des solutions de relogement d’urgence, et tous les moyens possibles pour interdire les coupures d’eau, de gaz, d’électricité.

37. Soutenir les initiatives de partage de logements.

Proposition détaillée

L’innovation, c’est aussi dans l’habitat !
> De nouvelles formes de logement émergent, plus solidaires, plus conviviales, avec le partage de logements de grande taille occupés par des personnes âgées, ou l’habitat participatif. Nous promouvrons et soutiendrons le logement partagé sous toutes ses formes.



3.2. Chambéry sans pauvreté : des dispositifs novateurs


38. Engager Chambéry dès que possible dans une opération « territoires zéro chômeurs de longue durée ».

Proposition détaillée

Agir localement contre le chômage de longue durée.
> Des expérimentations de « territoires zéro chômeurs de longue durée » ont fait la preuve de leur efficacité. L’idée est simple : rediriger des crédits venant compenser les pertes d’emploi pour financer des emplois utiles. Nous nous engagerons dans ce dispositif dès que l’Etat en généralisera le principe à de nouveaux territoires. Et, en attendant, nous encouragerons et coordonnerons les initiatives d’insertion par l’économie dans les secteurs de l’agriculture, du BTP, du réemploi, du tourisme, du transport, de l’industrie, des services à la personne…

39. Renforcer les dispositifs de tarification solidaire, en facilitant leur usage par la communication et la médiation sociale.

Proposition détaillée

Services publics : et si chacun payait selon ses moyens ?
> La tarification des services publics ne doit pas être un frein à leur accès pour les plus modestes. Nous renforcerons les dispositifs de tarification solidaire, pour faciliter leur usage par la communication et la médiation sociale.

40. Etudier puis débattre des conditions d’émergence de la gratuité pour les services publics municipaux.

Proposition détaillée

Vers des accès gratuits aux services publics ?
> Quels autres îlots de gratuité pourraient concourir à l’éradication de la pauvreté ? Nous engagerons le débat en cours de mandat sur les conditions d’émergence de la gratuité pour des services publics dépendant de la municipalité (obsèques, culture, sport, restauration collective). Nous porterons le projet de gratuité des premiers mètres cubes d’eau à Grand Chambéry, car « le droit à l'eau potable et à l'assainissement est un droit fondamental, essentiel à la pleine jouissance de la vie et à l'exercice de tous les droits de l'homme » (proclamation des Nations Unies du 28 juillet 2010)

41. Engager une étude et un débat sur l’opportunité et la faisabilité d’un revenu universel local.

Proposition détaillée

Eradiquer la pauvreté, une utopie à notre portée ?
> Le revenu universel est-il un outil efficace dans la lutte contre la pauvreté ? Comment peut-il être expérimenté, mis en place au niveau local ? Nous engagerons le débat au cours du mandat.



3.3. Vivre ensemble


42. Refonder un projet éducatif pour le territoire en un an à travers les assises de l’animation de la vie sociale.

Proposition détaillée

Une société du bien vivre.
> Pour faire émerger les talents, appuyons-nous sur le sport, la culture, les loisirs, l’éducation populaire. A cet effet, nous tiendrons dans la première année du mandat les assises de l’animation de la vie sociale, pour arriver à un projet éducatif d’ensemble pour Chambéry.

43. Mettre en réseau les entreprises locales, les collectivités et les populations.

Proposition détaillée

Les entreprises, facteur de richesse et d’emploi
> Chambéry et l’agglomération ont trop longtemps privilégié le développement de zones d’activités, sans lien avec la ville et ses habitant·es. Attentifs aux réussites actuelles, nous voulons réinvestir le lien entre entreprises, collectivité et habitant·es en mettant en place les conditions d’animation et de mise en réseau.

44. Lancer un concours d’idées pour faire émerger des initiatives concrètes.

Proposition détaillée

Mobilisons l’énergie citoyenne !
> Pour réinventer la société de demain, chaque citoyen·ne détient une partie de la réponse et peut devenir un entrepreneur ou une entrepreneuse engagé·e. Lançons un concours d’idées appuyé par la Ville pour faire émerger des initiatives concrètes, sur le modèle des démarches de dynamisation économique et sociale des territoires.

45. Soutenir le commerce de proximité.

Le commerce, un lien décisif !
> Les commerces du centre-ville et des quartiers souffrent de la concurrence des zones commerciales. Nous réduirons les avantages accordés aux zones commerciales, et nous stopperons leur extension. Nous investirons dans la promotion des commerces de proximité au plus près des habitant·es, y compris dans les quartiers populaires et/ou excentrés, en poursuivant et en renforçant l’opération Cœur de Ville en cours de définition. L’attractivité des commerces du centre-ville sera renforcée par le développement des accès à pied et à vélo.


46. Une ville, des cultures

Proposition détaillée

La culture comme fondement à la construction des politiques publiques
> Nous pensons que la culture doit avoir une place centrale dans le projet de la ville. Nous souhaitons faire de la culture une force de rayonnement pour Chambéry mais également une respiration du quotidien pour les habitants. Nous redonnerons un sens et une place à la culture. Cela se concrétisera notamment par une délégation d’adjoint et une équipe technique entièrement dédiées à la culture, des choix et des arbitrages transparents ainsi qu’un budget adapté et cohérent avec nos engagements. La culture sera considérée comme une politique à part entière mais sera également envisagée en transversalité de l’ensemble des politiques publiques (éducation, urbanisme, espaces verts, sport, social, vie commerçante…) Nous souhaitons en effet que la culture trouve sa place à l’école à travers des programmes d’éducation artistique, puisse accompagner les politiques sociales, s’exprimer dans les évènements festifs ou touristiques de la ville, s’inviter dans les jardins, sur les places publiques, dans les transports… Nous serons soucieux que les acteurs et notamment les artistes engagés dans ces partenariats à nos côtés soient rémunérés à la hauteur de leur investissement dans un souci de consolidation de l’emploi culturel.

Construire une politique culturelle qui rassemble toutes nos cultures
> Nous voulons travailler à une meilleure représentation et à un soutien plus équilibré de la diversité culturelle de notre ville / agglomération. De nombreux évènements mettant en lumière la diversité des cultures existent déjà, nous souhaitons les encourager à se développer et à rayonner plus largement. Au-delà du soutien apporté aux évènements/festivals, artistes professionnels ou aux salles de spectacles, nous souhaitons trouver des espaces propices à une plus grande visibilité des pratiques en amateurs mais également de l’émergence artistique (jeunes artistes ou nouvelles formes artistiques). Rubanox constitue un espace pertinent ; le quartier de la Cassine sera également investi. Nous serons en soutien des initiatives permettant la rencontre entre les arts vivants et les patrimoines (architectural, paysager, industriel, historique…) et participant à la construction d’une identité renouvelée de Chambéry et de ses différents quartiers. Nous serons également vigilants à l’expression de cultures ou formes culturelles plus rares ou issues de la diversité de nos traditions ou mémoires. Nous serons porteurs, comme dans l’ensemble des politiques que nous mènerons, d’une vigilance sur la question de l’égalité femmes/hommes.

Pour plus de collaboration entre les institutions 
> La culture est une compétence qui doit rayonner sur l’ensemble du territoire. Nous proposons donc d’être porteurs d’une meilleure collaboration entre les échelons institutionnels mais également de favoriser la collaboration culturelle à l’échelle de l’agglomération et de poursuivre la réflexion autour d’une compétence communautaire : lien entre les programmations, partage des agendas culturels, circulation des publics, rayonnement des évènements, cohérence des tarifications… Nous souhaitons impulser une discussion sur la mise en cohérence des différents modes d’interventions institutionnelles (Département, Région, Etat) et sur nos capacités et priorités respectives dans le soutien apporté aux acteurs. Nous encouragerons également la collaboration entre institutions pour que les projets financés et notamment les chantiers de rénovation ou d’équipements de lieux se fassent en cohérence avec les soucis d’urgence écologique que nous portons. Nous créerons un pôle d’accompagnement des acteurs sur ces questions (éclairage, chauffage, transports des artistes et du public, équipements scéniques…)

Pensons collectif !
> Nous disposons d’équipements de qualité soucieux de s’adresser à tous les habitants (médiathèques, Espace Malraux et autres salles de spectacle, Cité des Arts, musées, CIAP, Arc en Cirque...). Nous proposons de favoriser une plus grande collaboration entre ces équipements sur la question d’une place pour tous et chacun dans l’offre culturelle mais également pour favoriser le partage d’outils et de compétences. Notre priorité est que chaque habitant se sente pleinement accueilli pour offrir la même accessibilité à tous aux pratiques culturelles. Nous souhaitons également améliorer l’équilibre entre les missions et les moyens de ces acteurs régulièrement en difficulté dans la capacité à mettre en œuvre le cahier des charges qui leur incombe. Nous proposons de construire un projet durable et significatif pour le Scarabée (une réflexion est en cours)

La culture vecteur de fête, de convivialité et de partage
> La culture permet la rencontre et la compréhension de l’autre, elle est un catalyseur du vivre ensemble. Nous souhaitons être porteurs d’un pôle de compétences pour accompagner les acteurs à investir des lieux éphémères pour inventer et expérimenter de nouveaux modèles de vivre ensemble (lieux d’activité et d’économie partagée, lieux de convivialité intergénérationnels, lieux de créativité et d’innovation…) mais également pour les encourager à porter des projets dans l’espace public. Nous voulons impulser des dynamiques permettant de faire revivre les fêtes et repas de quartiers, de créer des instants simples de partage et de rencontre populaire dans tous les quartiers de la ville.

Soyons autant acteurs que spectateurs de la vie culturelle ! 
> Parce que nous souhaitons, comme pour toute autre chose, que chacun puisse s’exprimer et participer, nous organiserons dans les premiers mois de notre mandat, une large concertation pour partager l’état des lieux, les enjeux, les moyens et définir collectivement les priorités pour notre territoire et proposons de créer des espaces de dialogues et d’échanges sur la vie culturelle réunissant acteurs, habitants, collectivité (élus et techniciens) pour construire ensemble, au long cours, le projet adéquat et évolutif pour notre ville.

47. Donner accès à toutes et à tous au sport et à une formation sportive de qualité.

Proposition détaillée

Sport : jouons collectif !
> La pratique sportive ne vise pas que la compétition : le sport permet aussi de vivre ensemble, de se découvrir, de se révéler, de donner du temps. Nous donnerons accès à toutes et à tous aux équipements et aux activités. Nous rééquilibrerons les budgets alloués au sport professionnel et au sport populaire en gardant à l’esprit les questions d’égalité femme-homme, de diversité, ainsi que le rôle des clubs dans la transition écologique et sociale.

48. Favoriser les espaces de dialogue avec un Conseil des Sages.

Proposition détaillée

Favoriser des espaces de dialogue.
> Comment éviter un repli communautaire des différentes confessions et favoriser les échanges ? Nous créerons un Conseil des Sages, composé de représentant·es de différentes confessions, mais aussi d’incroyant·es et indifférent·es, qui rendra des avis au Conseil Municipal sur les questions concernant les pratiques de la foi et la cohabitation entre les confessions.

49. Développer les actions de solidarité internationale et d’éducation au développement.

Proposition détaillée

Être solidaires, et apprendre des autres.
> Au-delà de nos territoires de vie, Chambéry est ouverte au Monde. Nous pouvons l’accueillir, le comprendre, au-delà des préjugés. Nous soutiendrons les initiatives d’échanges, de solidarité internationale, et l’éducation au développement, pour mieux comprendre le monde qui nous entoure : co-développement avec Ouahigouya, animations et événements, appui aux réseaux associatifs, accompagnement des classes dans les actions de sensibilisation.



3.4. Prendre soin des personnes les plus vulnérables


50. Apaiser la voirie et la rendre accessible aux personnes à mobilité réduite.

Proposition détaillée

Zéro morts, zéro blessé sur les routes
> La marche à pied est le mode de déplacement universel. Pour que les enfants, les personnes à mobilité réduite puissent se déplacer en sécurité, apaisons la voirie et aménageons l’espace public. Visons 80% de la voirie communale en zone 30, zone de rencontre ou aire piétonne, et mettons en œuvre un plan de mise en accessibilité des espaces publics.

51. Evaluer les effets de la vidéosurveillance.

Proposition détaillée

Des policiers sur le terrain, ou des agents derrière des écrans ?
> La vidéosurveillance mobilise des moyens importants ; nous en ferons une évaluation avant de décider sa poursuite ou de renforcer plutôt les moyens d’une police de proximité intégrant des îlotiers.

52. Redéfinir un Contrat Local de Santé.

Proposition détaillée

Prévention, accès aux soins : Chambéry acteur de la santé publique, vecteur de création de richesses.
> Nous conclurons un nouveau Contrat Local de Santé (CLS) avec l’Agence Régionale de Santé (ARS), dont l’élaboration sera animée par un Adjoint à la santé et au bien-vivre. Le Contrat Local de Santé portera des engagements en matière de nutrition, de santé mentale, de santé au travail, d’accès aux soins et à la santé, de prévention, et d’actions en matière environnementale.

53. Mettre en place une mutuelle ouverte à toutes et à tous, sans condition.

Proposition détaillée

Ma mutuelle, c’est ma ville !
> L’universalité de l’assurance maladie est de plus en plus mise à mal, et de nombreuses personnes se privent de soins faute de cotiser à une mutuelle complémentaire. Nous proposerons aux habitant·es une mutuelle ouverte à toutes et à tous, sans condition.

54. Prendre en main la gestion des Ehpad et les ouvrir sur leur environnement

Proposition détaillée

Ne laissons plus à l’écart nos aîné·es !
> La prise en charge des personnes âgées dépendantes relève pleinement d’un service public. Nous le prendrons en main pour garantir les conditions d’accueil : revaloriser et accompagner le personnel, et transformer les EHPAD en lieux de vie. Nous pouvons les ouvrir sur l’environnement, la vie du quartier (événements festifs, culturels, sociaux, mémoriels), y domicilier des entreprises sociales et solidaire (services à la personne, commerce équitable...).

55. Créer des lieux d’accueil et d’échanges pour les personnes les plus démunies.

Proposition détaillée

Accueillir, accompagner et rencontrer les personnes les plus démunies.
> La rue est un espace de rencontres et de circulation, ce n'est pas un lieu de vie. Nous créerons des lieux d'accueils dans des structures de proximité permettant des rencontres avec les habitant·es, et offrant des ressources pour les personnes en précarité, afin qu'elles soient accueillies, accompagnées.



3.5. Agir pour l’école et la petite enfance, accompagner les jeunes et familles dans l’éducation à tous les âges


56. Renforcer le dialogue avec la communauté éducative.

Renforcer le dialogue avec la communauté éducative.
> L’école est le premier lieu de socialisation, d’apprentissage et de démocratie. Nous bâtirons et animerons des moments de dialogue, intégrant l’ensemble de la communauté éducative (direction, enseignant·es, mais également Agents Territoriaux Spécialisés des Ecoles Maternelles (ATSEM), animateurs du périscolaire), les parents, les enfants et la Mairie.


57. Développer et renforcer des accueils périscolaires et un accompagnement des jeunes vers l’autonomie de qualité.

Proposition détaillée

L’organisation des temps périscolaires sera repensée, à l’écoute des parents d’élèves et de la communauté éducative.
> Nous proposerons des études surveillées chaque soir et des temps d’animation à l’ensemble des enfants, en lien avec les associations, clubs, et en intégrant les équipements de proximité (gymnase, cité des arts...). Nous remettrons en place la gratuité des temps périscolaires. Les maisons de l’enfance, les centres sociaux, les associations, les médiathèques seront appuyés dans leur effort d’éducation populaire, de formation et d’émancipation des jeunes, en proposant de les rendre acteurs d’une animation diversifiée, engagée, éco-responsable, faisant vivre les quartiers.

58. Investir dans l’école en donnant les moyens humains, matériels et financiers nécessaires au bon fonctionnement des écoles de la ville.

Proposition détaillée

Investir pour l’école publique est vital.
> Nous investirons pour l’avenir de nos enfants, en assurant l’entretien et la rénovation des bâtiments, en maintenant les écoles de proximité, en accordant les crédits nécessaires pour l’équipement et les fournitures pédagogiques, les projets des écoles, l’accompagnement et l’encadrement des élèves : rétablissons un poste à temps plein d’ATSEM par classe, et un concierge par groupe scolaire. En première analyse, un budget annuel de 1 M€ est à mobiliser pour l’école.

59. Revaloriser les métiers de la petite enfance.

Proposition détaillée

Soutenir les professionnels de la petite enfance
> Les métiers de la petite enfance sont insuffisamment valorisés, alors même qu’ils sont essentiels pour le développement des enfants et leur ouverture au monde. Nous revaloriserons ces métiers : rémunération, formation, reconnaissance.


4. Grand Chambéry : notre projet pour l’agglomération

Le projet pour l’agglomération complète le projet municipal : de nombreuses compétences sont exercées à l’échelle communautaire. Voici les principaux chantiers que nous engagerons.


4.1. Habitat, urbanisme, développement économique


60. Monter en puissance l’isolation thermique des logements existants en s'appuyant sur les dispositifs techniques actuels et en priorisant les ménages modestes.

Proposition détaillée

Isoler son logement, c’est gagner en confort, contribuer à la lutte contre le dérèglement climatique, et faire des économies.
> Nous souhaitons mettre en place l'investissement nécessaire afin que le coût des améliorations ne soit pas supportées par les locataires et en particulier par les ménages modestes. La collectivité établira une cartographie des bâtiments faciles à isoler (bâti des années 1960/70) pour lancer en urgence, un premier plan de rénovation. Les copropriétés seront accompagnées et fortement incitées à engager leur rénovation thermique.

61. Accélérer le programme de réalisation et de diffusion du logement social.

Proposition détaillée

Promouvoir et diffuser le logement social
> Les objectifs de promotion et de diffusion du logement social doivent être atteints et dépassés. Le Plan Local de l’Habitat intégré au Plan Local d’Urbanisme en fixe les orientations, mais sans fixer d’engagements pour la planification. Nous accélèrerons sa mise en œuvre pour atteindre les objectifs fixés avant 2030. Nous garantirons la transparence des attributions des logements.

62. Mener une politique de la nature et de la biodiversité en ville ambitieuse à l’échelle de l’agglomération avec une régénération des continuités écologiques et un programme de protection et de plantation d’arbres.

Proposition détaillée

L’urbanisation grignote les espaces naturels, qui ont besoin de continuité pour que les espèces et les milieux puissent échanger. Les continuités écologiques sont aujourd’hui mal identifiées et insuffisamment préservées dans notre agglomération.
> Nous préserverons et régénérerons ces continuités :
• Trame verte pour la continuité et la protection des espaces naturels.
• Trame bleue pour la continuité des cours d’eau et des zones humides, la préservation de la ressource en eau.
• Trame brune pour la préservation de la qualité des sols.
• Trame noire pour la limitation de la pollution lumineuse nocturne.

63. Stopper l’extension physique des zones commerciales et des zones d’activités.

Proposition détaillée

Les zones commerciales et les zones d’activités consomment et banalisent des espaces naturels, pour quelle valeur ajoutée ?
> Les secteurs consacrés à l’emploi ou aux commerces de périphérie consomment des espaces qu’il faut rendre plus performants, en augmentant le nombre d’emplois à l’hectare. Nous stopperons l’extension physique des zones commerciales, nous anticiperons leur reconversion, et nous refonderons les zones d’activités autour de leur diversification, de leur qualité environnementale, source d’attractivité, et de la relocalisation de l’économie.

64. Aucune nouvelle construction sur des espaces verts, agricoles ou naturels, pas de construction sans desserte de bonne qualité.

Proposition détaillée

Le nouveau Plan Local d’Urbanisme s’apprête à ouvrir à l’urbanisation des secteurs qui ne sont accessibles en pratique qu’en voiture. Où est la cohérence avec la maîtrise de l’artificialisation, avec une politique de mobilité responsable ?
> Nous lutterons contre l’artificialisation et les atteintes aux espaces verts et agricoles, en conditionnant toute nouvelle construction à une desserte de bon niveau à pied, à vélo et en bus, pour tous les besoins de la vie quotidienne. Objectif : aucune nouvelle construction sur des espaces verts non privatifs, agricoles ou naturels !

65. Réviser les documents d’urbanisme et lancer un moratoire citoyen sur les projets en cours d’aménagement pour un urbanisme plus équilibré et mieux concerté.

Proposition détaillée

Le débat qui a émergé, trop tardivement, à l’occasion des enquêtes publiques du Plan Local d’Urbanisme et du Schéma de Cohérence Territoriale, a mis en évidence que la densification des espaces urbains n’avait rien d’évident pour les habitant·es. Est-elle encore supportable ?
> Nous questionnerons l’équilibre entre densité et espaces de respiration, entre espaces verts et espaces de circulation, en adaptant les documents d’urbanisme aux enjeux de la transition (Schéma de Cohérence Territoriale, Plan Local d’Urbanisme). Les débats vifs qui ont eu lieu mettent en évidence l’appétit des populations pour participer à la fabrique de la ville : nous veillerons à rendre les documents d’urbanisme plus accessibles au grand public, nous favoriserons la création d’une Agence d’Urbanisme à l’échelle de Métropole Savoie et nous organiserons des ateliers permanents d’urbanisme pour faciliter cette appropriation et ce travail collectif. Nous lancerons également un « moratoire citoyen » visant les grands projets d’urbanisme, notamment les projets des secteurs de Vétrotex, de Rubanox et de la Cassine. Nous suspendrons les travaux et évaluerons publiquement, en fonction de l’avancement de chaque projet, les points sur lesquels il nous sera encore possible d’intervenir. Sur cette base de travail, le devenir de chacun de ces projets sera soumis à concertation.

66. Préserver les terres agricoles.

Proposition détaillée

Si les terres agricoles disparaissent en bordure de nos villes, ce n’est pas une fatalité ! Des outils existent, où est la volonté ?
> Nous avons la volonté, et nous préserverons les terres agricoles par la mise en place de Zones d’Agriculture Protégée (ZAP) et en encourageant les Périmètres de Protection des Espaces Naturels et Agricoles dans les documents d’urbanisme.

67. Soutenir l’activité agricole avec un Projet Alimentaire Territorial pour 2030.

Notre environnement se prête à des productions agricoles de qualité, alors que nous importons la quasi-totalité de notre alimentation !
> Nous soutiendrons et stimulerons l’installation d’exploitations agricoles en agissant sur leurs débouchés et leurs fonciers. Nous contribuerons, par les marchés publics et une politique foncière et immobilière, à structurer des filières agricoles garantissant le revenu des agriculteurs et des agricultrices, des produits sains de qualité et le respect des milieux. Nous définirons et mettrons en œuvre un Projet Alimentaire Territorial créateur de richesses économiques locales, consolidant les exploitations agricoles locales et associant tous les acteurs.


68. Développer un tourisme de proximité et respectueux de l’environnement.

Proposition détaillée

Quelle destination touristique voulons-nous devenir ? Quel tourisme voulons-nous promouvoir ?
> Nous chercherons à développer un tourisme de proximité et respectueux de l’environnement, qui nous permettra également de mieux connaître et re-découvrir notre patrimoine, que nous mettrons en valeur. Nous ferons de Chambéry une ville accueillante pour les jeunes en favorisant la création d’hébergements dédiés pour les classes de découverte, camps, jeunes adultes autonomes, groupes... et en renforçant l’offre culturelle, d’éducation populaire et sportive. Nous ferons de Chambéry une ville étape sur la route des sports d’hiver en contribuant au transfert modal des touristes hivernaux de la voiture sur le train, en leur offrant une alternative aux bouchons autoroutiers. Nous développerons une offre touristique structurée, de découverte sportive, culturelle, environnementale, ethnologique, sociale, professionnelle en partenariat renforcé avec les deux Parcs Naturels Régionaux, le Géopark, le patrimoine savoyard de la capitale historique de la Savoie.



4.2. Transports et déplacements

Ces propositions complètent celles concernant le stationnement et l’apaisement de la voirie, qui concernent la Ville de Chambéry en pleine compétence.

69. Mettre en œuvre les aménagements cyclables prévus au schéma directeur en moins de 10 ans.

Proposition détaillée

Dix ans de politique cyclable soutenue, c’est trois fois plus de déplacements à vélo !
> Tous les déplacements ne peuvent pas être réalisés à vélo, mais la pratique peut être augmentée largement si nous réduisons le risque d’accident. Les priorités d’aménagement et sécurisation sont identifiées, mais les moyens consacrés ne sont pas à la hauteur. Nous mettrons en œuvre le schéma directeur cyclable : 20 M€ sur 10 ans. Et encourager le vélo c’est aussi encourager les consommateurs à choisir les commerces de proximité.

70. Relancer la priorisation des bus sur des voies réservées.

Proposition détaillée

Des bus prioritaires, ce sont des transports plus rapides, plus réguliers, plus efficaces !
> Nous rendrons les bus prioritaires sur les grands axes en relançant la construction de voies réservées et le développement des priorités aux feux : 10 M€ de travaux sur 6 ans seront nécessaires pour y parvenir.

71. Développer la desserte bus dans les quartiers et les communes, en y associant les habitants.

Proposition détaillée

L’offre de service du réseau de bus ne s’est pas étoffée depuis près de 10 ans. La dernière modification importante a renforcé des lignes fortes, mais au détriment de la desserte de proximité.
> Nous développerons et améliorerons la desserte du réseau de bus dans tous les quartiers et toutes les communes (par exemple le Biollay, les Hauts de Chambéry, Bissy, Cognin, Bassens, St-Baldoph, qui ont souffert des récentes évolutions) ; ce travail sera basé sur le savoir et le vécu des habitant·es et des usagers, ainsi que sur la réalisation d’une enquête ménages déplacements (la dernière date de 2007, et aurait dû être réactualisée depuis 2 ans). Parmi ses objectifs : assurer le bon fonctionnement des échanges entre lignes en centre-ville, amélioration de la desserte des communes des Bauges, amélioration du transport des personnes à mobilité réduite. 3 M€/an sont en première analyse nécessaires pour obtenir un bon niveau de desserte.

72. Mettre en place la gratuité partielle des transports (week-end et/ ou pour les plus bas revenus), puis une gratuité totale du réseau de bus.

Proposition détaillée

Comment garantir à toutes et à tous le droit aux transports ?
> La tarification solidaire n’est pas suffisante pour effacer complètement le non-recours aux droits, et les tarifs de plus en plus élevés dans les transports creusent les inégalités. La gratuité est en pratique la seule solution d’accès pour toutes et tous au réseau de bus, mais demande de repenser le financement des transports ; mettons en place une gratuité partielle (de l’ordre de 2 M€/an, à définir parmi le week-end et/ou une gratuité pour les plus bas revenus), puis la gratuité totale du réseau de bus (4,5 M€/an supplémentaires) dès que nous pourrons la financer.

73. Développer le covoiturage et l’auto-partage

Proposition détaillée

Accompagner la diversité des usages de la voiture
> La voiture restera longtemps un outil de déplacement nécessaire, mais nous avons beaucoup à faire pour rendre son usage plus efficace : le développement du covoiturage (plusieurs dans une voiture) permet d’éviter des circulations inutiles, et l’autopartage (une voiture à plusieurs) est un outil essentiel pour diminuer le nombre de voitures en circulation. Notre projet est de progressivement généraliser ces nouveaux usages.

74. Œuvrer à la coopération et au rapprochement avec les collectivités voisines en matière de transports.

Proposition détaillée

Au-delà de Grand Chambéry
> La question des transports ne s’arrête pas aux frontières de l’agglomération. Nous travaillerons de façon constructive à des partenariats et des rapprochements avec toutes les collectivités voisines (dont Grand Lac, Le Bourget-du-Lac, l’Avant-Pays-Savoyard, Cœur de Savoie...). Nous ferons la promotion du vélo+train notamment à l’échelle du sillon alpin, en reliant ainsi Genève, Annecy, Aix-les-Bains, Chambéry, Grenoble, Valence, Lyon…



4.3. Déchets


75. Généraliser le compostage pour limiter au maximum la collecte de déchets, évaluer avec les territoires voisins le potentiel de production d’énergie par méthanisation.

Proposition détaillée

Nos poubelles noires ont de la valeur, mais nous dépensons de l’énergie et des moyens importants pour les collecter et les traiter.
> La réglementation nous obligera d’ici 2023 à proposer une solution de gestion adaptée aux biodéchets. Généraliser le compostage permettra de limiter au maximum la collecte de déchets, et de faciliter leur valorisation. Nous multiplierons le nombre de composteurs collectifs par 50 pour offrir une solution de réduction des déchets aux habitats collectifs et cœurs de quartier ou villages (à l’instar de Grenoble et du Grand Lyon). Nous évaluerons avec les territoires voisins le potentiel de production d’énergie par méthanisation (production de biogaz à partir de déchets organiques).

76. Soutenir les ateliers de réparation et les filières de réemploi.

Proposition détaillée

Les objets que nous n’utilisons plus ou que nous croyons usagés ont également de la valeur. Des tonnes d’objets partent en enfouissement ou en incinération, alors qu’ils pourraient être remis en circulation !
> Nous soutiendrons les ateliers de réparation (Emmaüs, Trialp, recycleries…), et nous stimulerons les filières de réemploi : les déchets des uns peuvent être des ressources pour d’autres, et créer de la valeur pour les entreprises locales. Nous favoriserons la création d'une "matériauthèque" de produits prêts au réemploi (pour le BTP notamment) à destination des professionnels et des particuliers.

77. Mettre au débat public la tarification incitative de l’enlèvement des déchets.

Proposition détaillée

Le principe pollueur-payeur a été expérimenté dans plusieurs pays et dans plusieurs villes françaises, mais demande de repenser le financement des déchets.
> Nous mettrons au débat public la tarification incitative (supposant une modification du financement de la collecte des ordures ménagères) par la mise en place d’une redevance d’enlèvement des ordures ménagères selon le volume ou le poids de déchets produits par chacun.


5. Des moyens au service d’un projet

Chambé Citoyenne : Un budget réaliste et cohérent

Un budget en phase avec les enjeux démocratiques, de justice sociale et de transition écologique de Chambéry

Non seulement la majorité sortante n’a pas fait des choix pour la transition écologique et la solidarité, mais elle a hypothéqué l’avenir à Chambéry par la vente d’un patrimoine conséquent et un niveau d’épargne nette qui s’est dégradé à la fin du mandat. Pour des prétendus gestionnaires, ce n’est pas terrible...

Nous hériterons donc :
  • d’un taux de taxe foncière déjà élevé
  • d’investissements massifs en fin de mandat, en partie financés par de la vente du patrimoine
  • d’un encours de dette encore très élevé, à plus de 110 M€
  • d’un niveau d’épargne nette devenu très faible en fin de mandat, de l’ordre de 0,6 M€.

La municipalité précédente n’a donc pas préparé l’avenir… Nos marges de manœuvre sont très faibles.

Enfin nous signalons que : au niveau des recettes, la tendance semble à une pause relative dans la baisse des dotations de l’Etat.

Rappel sur les budgets de la Ville

A Chambéry, le budget de fonctionnement annuel est de l’ordre de 105M€ et l’investissement moyen annuel de 28M€.

Les priorités de Chambé Citoyenne

Pour la ville de Chambéry, le chiffrage cumulé des mesures de Chambé Citoyenne concernant le budget de la Ville de Chambéry se monte à environ :
  • 4,5 millions d’euros par an en fonctionnement, soit 5 % du budget annuel de fonctionnement
  • 6,7 millions d’Euros par an en investissement, soit multiplié par 6 ans, près de 40 M€ sur l’ensemble du mandat en dépenses réelles. En visant un taux de subventions extérieurs de 20% ça représente un budget d’investissement de 32 M€.

Alors, comment financer nos mesures ?

  • Nous devons passer dans un premier temps par une remise en cause des investissements en cours : la faisabilité de notre programme d’investissement de 32 M€ sur le mandat nous oblige à trouver 9 M€ d’économies sur les projets en cours (voirie centre-nord, stade municipal, vidéosurveillance, boulevard de la colonne) en 2020 et 2021.
  • Ces 32 M€ de dépenses réelles d’investissement liées au projet de Chambé Citoyenne pourront être échelonnée de la manière suivante : 3 M € en 2020, 3 M€ en 2021, 4 M€ en 2022, 6 M€ en 2023, 8 M€ en 2024 et 8 M€ en 2025.
  • Cette trajectoire maintient un solde de gestion positif sur l’ensemble du mandat.

Augmentons nos marges de manœuvre

Nous avons des possibilités pour augmenter ces capacités d’investissement :
  • poursuivre la politique de cession (ce qui suppose un audit permettant d’identifier le patrimoine à céder sans hypothéquer l’avenir)
  • valoriser davantage le patrimoine, vendre ce qui est vendable
  • profiter des taux bas pour emprunter davantage, en particulier pour doter des organismes qui peuvent générer des ressources à long terme (office de foncier solidaire, et/ou un établissement en charge de la rénovation énergétique du patrimoine public)
  • relever le produit des services (essentiellement les redevances de stationnement)
…ainsi que des possibilités à effet potentiellement rapide mais sans doute moins structurant :
  • Chambéry construit, entretient, gère des équipements qui rayonnent à l’échelle de l’agglomération, voire au-delà. En défendant davantage les dotations de centralité, on peut répartir ces charges plus équitablement, et moins les faire porter par Chambéry
  • nous pouvons introduire une hausse de la fiscalité ne touchant pas ou peu les ménages : taxe sur les logements vacants ou taxe sur les publicités lumineuses par exemple
  • nous avons des possibilités à effet différé, mais à construire tout de suite : la mutualisation d’équipements, de compétences et de ressources à l’échelle de l’agglomération ou de plusieurs communes
  • nous pouvons aller chercher davantage de subventions pour nos projets, notamment au niveau européen (avec une équipe technique dédiée pour rechercher des financements)
Endettement, épargne nette, épargne brute sur le mandat Chambé Citoyenne

En conclusion

Les urgences démocratiques, climatiques et sociales sont là ! Tout le monde le dit. Mais nous devons non seulement DIRE mais aussi AGIR, faire les deux. Alors agissons avec courage : « Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire ; c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques ». Jean JAURES

Oui, nous faisons des choix de rupture pour dire stop au tout voiture et oui aux déplacements alternatifs. Respirer mieux, ça n’a pas de prix.

Oui nous faisons le choix de l’équité sociale, et engager une opération territoire zéro chômeur longue durée est une action réaliste.

Oui, nous souhaitons travailler en bonne intelligence avec les personnels de la ville, c’est une richesse et non un coût comme le matraquait la précédente majorité de M. Dantin.

Oui, nous posons des actes pour que la vie des générations futures soit possible, pour que les femmes et les hommes quelque soit leur statut soient respecté-es pour ce qu’elles et ils sont.

Et nous sommes des gestionnaires avisés, ce que nous proposons est réaliste, nous l’avons chiffré.

Nous espérons vous avoir donné envie ! Nous sommes les expert-es de nos vies, nous devons être entendu-es, nous devons nous impliquer dans les choix et la gestion de notre ville.